Publié le

La ferme de Kerdroguen

Kerdroguen, sur la route qui mène de Colpo à Plaudren.
Une chapelle, et quelques dizaines de mètres plus loin, on remarque rapidement ces 5 bâtisses en bois posées pêle-mêle sur une vaste prairie : ce sont les poulaillers de Jean-Charles et Julien Métayer qui ont démarré récemment leur élevage de volailles « plein air ».

Un sacré défi pour ces deux frères originaires de Saint-Avé :

  • tout d’abord, il s’agit pour tous les deux d’une reconversion professionnelle,
  • d’autre part, ils ont choisi de maitriser totalement leur production et d’en assurer toutes les étapes, du poussin de un jour jusqu’à la transformation puis la vente directe au consommateur.

Ces choix illustrent leur volonté d’être constamment en cohérence avec leurs convictions : qualité, bien-être animal, écoute du consommateur, indépendance… sont autant de concepts auxquels ils tiennent beaucoup.

Dans le reportage qui suit, vous pouvez picorer à votre guise les sujets qui vous intéressent. Nous souhaitons simplement qu’ils vous donnent envie de rencontrer Julien et Jean-Charles et surtout de goûter leurs délicieuses volailles…

[wptabs mode= »horizontal »]

[wptabtitle] Faisons connaissance[/wptabtitle]

[wptabcontent][jwplayer config= »Playlists-droite » playlistid= »25″][/wptabcontent]

[wptabtitle] L’élevage des volailles[/wptabtitle]

[wptabcontent]

Les canetons sont reçus à un jour, en provenance d’un couvoir situé en Maine-et-Loire (peu de couvoirs acceptent de livrer de petites quantités…

Ils sont ensuite élevés en « canardière », où ils restent environ 30 jours avant de rejoindre le parcours herbeux en extérieur.
L’aliment de départ est du bio acheté puis une fois dehors, l’alimentation est produite sur place. Pour l’instant celle-ci n’est pas en bio, par contre un refus des OGM est clairement déclaré (d’où l’absence de soja, aliment protéinique compensé par une durée d’élevage plus importante…).

[jwplayer config= »Playlists-droite » playlistid= »73″]

[/wptabcontent]

[wptabtitle] Les bâtiments d’élevage[/wptabtitle] [wptabcontent]Les bâtiments d’élevage pour les poulets et les canards à partir du 30ème jour ont été achetés en kit dans les Landes, ils sont mobiles et sont déplacés avec le tracteur après chaque lot. Cela permet une régénération de la faune et de la flore sur l’emplacement du bâtiment et de répondre ainsi aux contraintes du vide sanitaire entre deux lots. D’autre part, il ne laissera aucune trace bétonnée lorsque l’exploitation n’existera plus, la parcelle redeviendra comme à l’origine… « On empreinte la terre aux génération futures ». [jwplayer config= »Playlists-droite » playlistid= »88″] Ces bâtiments ne sont en fait que des dortoirs, les volailles passant la journée dehors sur les parcours herbeux. D’une superficie de 60m², ils accueillent environ 300 poulets soit 5/m² (alors que la législation donne droit à 10/m²). [/wptabcontent]

[wptabtitle] La transformation[/wptabtitle] [wptabcontent][jwplayer config= »Playlists-droite » playlistid= »52″][/wptabcontent]

[wptabtitle] La commercialisation[/wptabtitle] [wptabcontent]La vente directe : [jwplayer mediaid= »61″] Les lieux de vente : [jwplayer mediaid= »60″][/wptabcontent]

[/wptabs]