Publié le

Idées de Pains

Anciens boulangers conventionnels durant 8 ans, Marie-Christine et Yvan Le Doaré ont tenu une librairie pendant 7 ans et ensuite sont venus s’installer à Talhouet.

Pendant les premières années, ils ont rénové leur habitation avec des matériaux biologiques (chanvre, chaux, copeaux de bois, ouate de cellulose). Ils pensaient s’orienter vers un travail dans la construction d’habitations écologiques, mais, devant les difficultés d’installation, ils ont préféré reprendre leur métier de boulanger.
Le hangar initial s’est transformé en boulangerie ouverte depuis le 14 juin 2008.

[jwplayer config= »Simplevideo » mediaid= »152″]

[wptabs mode= »horizontal »]

[wptabtitle] Le four[/wptabtitle] [wptabcontent]Tout est cuit dans le four à bois qu’ils sont allés chercher dans le Sud de la France (le seul constructeur en France) et monter pièce par pièce. Ils sont allés faire une visite sur place pendant une construction (8 mois en tout) six mois de séchage et pierres montées à sec en clé de voûte. 3 tonnes de sable sont nécessaires pour recouvrir le four.[jwplayer config= »Simplevideo » mediaid= »155″][/wptabcontent]

[wptabtitle] La fabrication[/wptabtitle] [wptabcontent]Pour pouvoir ouvrir la boulangerie à 10h, Yvan commence sa journée à 4 heures (2 heures 30 de chauffe avant d’enfourner). La farine provient de 2 minoteries : Minoterie Le Gal et Minoterie Pruneau (Ergué-Gabéric). Les 2 farines sont mélangées pour un produit plus personnalisé. Le pétrissage des viennoiseries et des petites quantités de pain se fait à la main. Le pétrin sert pour les grosses quantités. [jwplayer config= »Simplevideo » mediaid= »157″][/wptabcontent]

[wptabtitle]La commercialisation [/wptabtitle] [wptabcontent]

La boulangerie est ouverte de 10 h à 13 h et de 14 h à 19 h 30 les lundis, mardis, jeudis et vendredis et les samedis de 8 heures à 19 heures.
Mais leurs principaux débouchés actuels sont les marchés de Grandchamp le samedi matin, de Saint-Avé le mardi soir (17h à 19h) et de Ploeren le vendredi.
Leur production est aussi distribuée à la Coop-bio de Pontivy le vendredi ainsi qu’à l’AMAP de St-Avé.

[jwplayer config= »Simplevideo » mediaid= »164″][/wptabcontent]

[wptabtitle]Les matières premières

[/wptabtitle] [wptabcontent] Les matières premières sont chères. Sur le secteur, le GAB 56 essaie de trouver un compromis entre l’agriculteur et la boulangerie mais il faut trouver un meunier biologique. D’autre part, la législation est très stricte sur les céréales anciennes (vente). L’INRA voit essentiellement la productivité au détriment de la qualité.

[/wptabcontent]

[/wptabs]